L'Antiquité

Ruines OlbiaAu IVe siècle avant notre ère, des marins grecs venant de Massalia fondent sur le littoral, au lieu-dit "L'Almanarre", un comptoir commercial fortifié auquel ils donnent le nom d'Olbia (l'heureuse en Grec).
Les fouilles d'Olbia et le sanctuaire d'Aristée témoignent de leur présence qui s'est étendue à la Presqu'île de Giens (peut-être alors une île).


Plus d'informations sur le site archéologique d'Olbia

 

 

Hyères la médiévale

En 963, apparut pour la première fois dans un document officiel le nom d'Hyères. Hyères ville royale, tombe dans l'oubli jusqu'à François Ier.

En 1254, saint Louis, Roi de France, au retour d'une croisade débarque à Hyères avec sa suite. La cité ravagée par les guerres et les incursions barbaresques demande à François Ier une protection particulière sur les îles afin de garantir la sûreté des lieux.

 
 remparts chateau

Hyères station hivernale

villa mauresqueDès le début du XVIIIe siècle, Hyères est réputée pour être une contrée des plus agréables en hiver. Elle devient également fameuse pour ses cultures maraîchères et ses pépinières d'arbres aux essences rares et exotiques.
Au XIXe siècle, Hyères se métamorphose et prend des allures aristocratiques. Brillante et accueillante cité au climat doux et bienfaisant, Hyères est l'hôte de célébrités hivernantes qui s'y installent et réalisent pour la postérité, palaces et villas prestigieuses.
Séjourneront à Hyères, la Reine Victoria, Lamartine, Tolstoï, Michelet, Stevenson, Godillot, etc... Le Grand Hôtel, les Villas Mauresques, témoignent du goût pour l'Orient, l'Eglise anglicane, Le Castel Sainte-Claire, ses avenues bordées de palmiers, avec des villas d'époque, témoignent encore de ce passé prestigieux d'Hyères qui accueillait en grand nombre les sujets britanniques. La cité est classée "station climatique et hydrominérale" en 1913, et se transforme en station balnéaire, grâce à son environnement (plages, palmiers, climat).
La vie culturelle est activ, une partie de l'élite intellectuelle européenne et de la bourgeoisie fréquentant Hyères ; c'est la période des années folles. Les grands hôtels retrouvent leur fonction ; le Casino organise des attractions ; Mallet-Stevens construit la Villa de Noailles.

 

 

La Libération d'Hyères, le 21 août 1944

La première partie de la Bataille pour la Libération d’ Hyères nous conduit d’abord le long du Gapeau, avec le Bataillon de Marche n° 24, dans son avancée vers Hyères, entre le 17 et le 19 août 1944. Le 19 au soir, tout est en place pour l’attaque contre les défenses extérieures de Toulon, au niveau de la Ville de Hyères.
Téléchargez les récits des soldats

Le Golf Hôtel d’Hyères est un vaste cube de maçonnerie aménagé en forteresse par les Allemands, hérissé d'armes automatiques, entouré de barbelés. Suite aux attaques du 20 et 21 août 1944, il était indispensable de réduire ce dernier bastion de résistance, afin d’ouvrir la route de Toulon et de permettre aux Fusiliers Marins et à leurs engins de continuer à progresser. L’assaut conduit par le Commandant Magendie à la tête d’une centaine de volontaires du Bataillon d’Infanterie de Marine et du Pacifique va durablement marquer l’histoire de la Division Française Libre.
Téléchargez les récits des soldats

Hyères aujourd'hui

Vue du parc Saint-BernardAprès la guerre de 1939-45, la ville se développe avec la création du port, de l'aéroport et de nouveaux quartiers. Depuis les années 80, Hyères continue son effort d'équipement, hôpital, vélodrome, Espace 3000, casino, forum, etc... La cité s'impose comme un pôle de développement majeur pour le Var et la Région Provence Alpes Côte d'Azur, tant dans les domaines économique, culturel que touristique, grâce notamment à une situation géographique privilégiée et un environnement exceptionnellement préservé. La Ville compte désormais près de 56 000 habitants.